petitelunesbooks

« There is more treasure in books than in all the pirate’s loot on Treasure Island. »

Mercredi 24 août 2011 à 22:36

http://petitelunesbooks.cowblog.fr/images/Couverturesdelivres2/SekaiichiSetsukoi.jpgSekaiichi Hatsukoi - Shungiku Nakamura.

o0o

'When you were lonely, you needed a man
Someone to lean on, well I understand
It's only natural
But why did it have to be me ?'

- Why did it have to be me, ABBA -


Junjou Romantica.
Lecture en ligne (en anglais) ici.


/ ! \ Pour public averti ! Lecture déconseillée aux plus jeunes / ! \




Résumé général : 

Ce manga concentre à lui-seul trois relations amoureuses plus ou moins liées entre elles. L'histoire principale concerne Ritsu Onodera, un jeune homme provenant d'une famille aisée, qui décide de quitter la maison d'édition de son père pour les éditions Marukawa Shoten. Mais lui qui croyait s'occuper du département de la littérature, le voilà assigné au département des mangas shojo dont il ne connaît absolument rien ; et son patron, Takano Masamune, n'arrange pas les choses. Cependant, il semblerait qu'entre l'employé et l'employeur, il existe déjà un lien très particulier...

La seconde histoire est celle de Chiaki Yoshino, un auteur de manga shojo qui écrit sous pseudonyme et dont l'éditeur est son meilleur ami depuis la fac. Ce que Chiaki ignore est qu'il fait battre le coeur de son éditeur... et d'un collègue de travail !

La troisième et dernière histoire, enfin, est celle de Kisa Shôta, un employé des éditions mangas Marukawa qui a la petite trentaine... et un coup de foudre pour le jeune employé de la librairie Book's Marimo, Yukina Kô. Mais Kisa étant habitué à tomber amoureux des personnes qu'il ne faut pas, préfère taire son amour et se contenter de l'observer de loin. Mais peut-être Yukina parviendra-t-il à prouver qu'il est une exception ?


Mon avis : 

J'ai l'impression qu'avec les cours, la lecture est l'une des choses qui s'en va chez moi pendant les vacances d'été où je perds toute motivation pour lire un roman, parfois j'essaye de faire des efforts, ça fonctionne quelques fois, quelques fois pas, alors je me tourne vers l'écran à visionner séries télévisées ou films, ou alors je lis des mangas, forme de lecture dont la motivation ne me manque jamais pour ça, allez savoir pourquoi. C'est plus rapide à lire et les dessins facilitent la tâche, j'imagine. Toujours est-il que cet été j'ai beaucoup relu le manga Junjou Romantica, dévorant plus particulièrement les chapitres sur le couple Egoist, mais même après avoir lu et rerelu Junjou Romantica, je voulais découvrir plus de l'auteur, alors j'ai opté pour ce manga qui s'annonçait dans la même veine que Romantica. Au risque de me répéter, ceci est un manga shonen-ai/yaoi/slash, bref un manga mettant en scène des relations homosexuelles entre hommes, si cela vous gêne ou ne vous plaît pas, il suffit de passer votre chemin et de ne pas prendre la peine de lire cet article.

Comme pour Romantica, j'ai d'abord découvert l'anime avant de me mettre au manga et le manga est souvent préférable car il y a encore plein de chapitres inédits et des scènes coupées, non adaptées dans le manga. Le dessin reste assez net et précis, agréable malgrè le fait que les mains sont immenses et que la plupart des personnages masculins (en particulier ceux qui ont le statut de 'dominant' dans le couple) sont presque des géants et sourient rarement, mais on a quelques exceptions. Et si Sekaiichi Hatsukoi n'est pas le coup de coeur que j'ai eu avec Junjou Romantica, ça reste un manga très appréciable même si comme dans beaucoup de couples yaoi, on retrouve souvent le schéma classique seme/uke aka dominant/dominé et les stéréotypes qui vont avec : le uke se comporte comme une femme et est même menu comme une femme : taille fine et petite, alors que le seme est grand, fait plus masculin. Je veux bien que dans chaque couple, il faut bien que l'un des partenaires fasse la femme, soit plus éffeminé mais revoir sans cesse le même schéma peut être lassant, surtout quand on retrouve le classique : 'mais nous sommes deux hommes ! on ne peut pas être ensemble !' comme le dit Ritsu Onodera à son patron, ce qui est hypocrite de sa part puisqu'il a eu une relation homosexuelle avec l'un de ses camarades de classe au lycée, et qu'il joue encore les vierges effarouchées au lit avec son partenaire. Ce que je retrouve souvent dans les chapitres Romantica de Junjou Romantica. Heureusement que tous les couples de ces deux mangas ne sont pas comme ça.

Néanmoins, je dois dire que les chapitres sur le couple Ritsu/Takano sont un poil plus intéressants que ceux de Romantica avec Akihiko et Misaki dans le sens où [ Ritsu et Takano ont vécu une amourette d'adolescent puis suite à un malentendu, Ritsu quitte Takano qui l'aime encore et ne comprend pas au début les raisons du geste de Ritsu. Des années plus tard, ils se revoient en tant qu'adultes et ne se reconnaissent pas tout de suite mais une fois que c'est le cas, Takano veut récupérer Ritsu qui reste rancunier même des années après leur rupture ], j'attends de voir comment leur histoire va évoluer car ce côté de leur relation est intéressante même si au début, elle s'est rompu sous le coup d'un malentendu plutôt stupide je dois dire, et Ritsu en lui-même est assez têtu et obstiné, je me demande même comment leur relation dans le privé va influencer leurs rapports au travail. Donc c'est surtout pour la relation que pour les personnages en eux-même que je suivrais les chapitres sur Ritsu et Takano bien que ces personnages soient sympathiques et attachants. Takano, même s'il est souvent stoïque, laisse parfois tomber son visage de marbre pour montrer celui d'un homme concerné, fragile et chaleureux. La relation parvient à garder son côté sérieux et attachant malgrè les monologues de Ritsu dignes des préoccupations d'adolescentes amoureuses. mais je dois dire que sur les trois couples, ma préférence va au couple de Kisa et Yukina.

Certes, Kisa ressemble à un jeune adolescent malgrè ses 30 ans mais il est pour moi un personnage très sympathique, amusant, plus adulte, enthousiaste même s'il céde à la panique assez facilement. Sa relation avec Yukina me rappelle un peu celle d'Hiroki et Nowaki (Junjou Romantica toujours), dans le sens où la relation y est plus mûre, plus adulte et où le schéma seme/uke n'opère pas toujours. Kisa peut être en charge lors de leurs ébats amoureux, car il est le plus âgé du couple. Yukina n'ayant que 21 ans est encore un jeunôt, donc Kisa doit parfois prendre en charge leur couple et Yukina est bien le seul 'seme' a être gai, enthousiaste et souriant comparé à Takano et Hatori qui sont souvent impassibles et peu souriant. C'est un changement agréable. Marre des semes stoïques ! Pour la relation Chiaki/Hatori, je n'aime pas vraiment. Chiaki me fait plus penser à un adolescent qu'à un jeune adulte et même sa relation avec Hatori ressemble plus à mes yeux à une relation qu'ont un grand frère et son cadet exaspérant ou celle d'un parent fatigué de son gamin immature s'il n'y avait pas les scènes de sexe, donc ça ne m'attire pas du tout. Je prêterais plus d'attention aux chapitres consacrés aux couples Ritsu/Takano et Kisa/Yukina qui sont plus intéressants et attachants à mes yeux. En même temps, peut-être est-ce aussi dû au fait que la relation Chiaki/Hatori est la moins développée par rapport aux deux autres ? Et aussi le fait que ce n'est pas Shungiku Nakamura qui a écrit l'histoire mais un autre auteur et qu'elle se contente juste de concrétiser ça par dessins ?

Pour ne plus parler des couples, bien que ça occupe 95% du manga, l'auteur nous offre une vision bien particulière des maisons d'éditions, en particulier celles des mangas. La plupart des protagonistes travaillant dans l'équipe Emerald des éditions Marukawa Shoten. C'est une intéressante perspéctive que de nous montrer le monde de l'édition du manga, comment sont fait les mangas, comment l'auteur en discute avec les éditeurs, la masse de travail que ça donne et si l'auteur a dû exagérer, la touche comique du manga était de voir les éditeurs paniquer quand un manuscript n'était pas rendu à temps, et qu'ils entraient en phase mort-vivant/zombie quand ils devaient rattrapper l'énorme masse de travail des auteurs. Et quand cette période est terminée, les éditeurs redeviennent, comme par magie, comme avant : souriants et de bonne humeur. Autant dire que le nouveau de l'équipe, Ritsu, est déconcerté par ça pendant ses premières semaines. C'était vraiment le côté comique du manga, l'un des points forts du manga en plus des personnages, c'est même agréable de voir que les personnages principaux ont leur importance et ne sont pas que là pour faire décors ou être un rival amoureux. Sinon, ce que je trouve dommage est que, comme dans Junjou Romantica, la relation se met rapidement en place, les premiers baisers ou la première nuit arrive rapidement et facilement alors que la relation est encore en train de se construire et de se solidifier, pourquoi précipiter les choses ?

Mais sinon, ce manga est comme une chouette comédie romantique agréable à suivre, peut-être niais, les relations sexuelles sont moins nombreuses que dans Romantica, c'est frais, drôle et divertissant, mais mieux vaut avoir 16 ans ou plus pour se mettre à une lecture pareille.

 
(*) Le résumé général a été à la fois inspiré de celui de Wikipédia,
tout en ayant coupés certaines lignes et écris le résumé avec mes mots
.

Par Raison-et-sentiments le Vendredi 2 septembre 2011 à 22:04
Il faudrait vraiment qu'un jour je teste ce genre de manga, jusque maintenant je n'ai pas vraiment eu l'occasion d'en emprunter et pour acheter faudrait déjà que j'ai une idée de quoi prendre XD
En disant ça je repense à Très cher frère, et que demain j'ai envie d'emprunter un autre des manga de l'auteur :D
Par petitelunesbooks le Vendredi 2 septembre 2011 à 22:20
En même temps, c'est un genre de manga assez spécial plus répandu sur le net que dans les magasins, et trouver les perles parmi les mangas shonen-ai n'est pas toujours chose facile, où ce n'est pas juste que du sexe pour le sexe mais aussi une histoire d'amour plus d'autres sujets sur le côté comme la famille, les amis, le travail... alors certes Sekaiichi Hatsukoi n'est pas une perle, juste un manga yaoi plutôt sympa. Les seuls mangas de ce genre que j'ai beaucoup aimé sont Junjou Egoist et Yellow... en même temps je n'en connais pas tant que ça quand même, je suis plus accro aux mangas de Riyoko Ikeda, CLAMP ou encore de Yana Toboso...

Très cher frère... j'ai justement souvent visionné l'anime cet été, que du bonheur :) Ce que tu as le plus de chance de trouver de Riyoko Ikeda après Très cher frère est sûrement La rose de Versailles qui est plutôt connu :)
Par Raison-et-sentiments le Dimanche 4 septembre 2011 à 14:04
J'disais ça parce que maintenant à la FNAC t'as plusieurs étagères, enfin je crois, avec ce genre de manga, faudrait que je feuillette un jour.
 

Ajouter un commentaire









Commentaire :








Votre adresse IP sera enregistrée pour des raisons de sécurité.
 

<< Page précédente | 1 | 2 | 3 | 4 | 5 | Page suivante >>

Créer un podcast