petitelunesbooks

« There is more treasure in books than in all the pirate’s loot on Treasure Island. »

Jeudi 2 juin 2011 à 14:45

http://petitelunesbooks.cowblog.fr/images/Couverturesdelivres2/CoteFace.jpgCôté face - Anne Denier.

o0o

Emprunt.
Merci à Matilda de faire voyager ce livre !

L'auteur :

http://petitelunesbooks.cowblog.fr/images/Photosdauteurs/noauthor.gif

Anne Denier est une écrivain française, auteur de deux romans jeunesse, qui écrit aussi régulièrement sur le site l'Encrier. Côté face est son nouveau roman, publié en 2011 (2009 sur le net).

Lien à découvrir :  Côté face, le site.

Quatrième de couverture : 

J'étais en retard et si ce n'avait pas été le cas jamais je n'aurais pris ce tram et jamais je ne l'aurais rencontré. Lui. Celui qui allait détruire ma vie en réveillant une mémoire qui sommeillait en moi et dont j'ignorais l'existence. Un autre côté de moi-même.
« Te séduire, t'emmener, te torturer, te violer et t'assassiner. »
J'avais une vie...


Mon avis : 

Après tout ce ramdam sur ce livre, comment aurais-je pû ne pas entendre parler de ce livre ? En fait, c'est surtout la faute de Super-Tentatrice, une espèce de super-héroïne qui tente de faire le bien en convertisant plein de pauvres gens à acheter/lire des livres. Si parfois, ça fait pas toujours du bien au porte-monnaie qui sanglote, ça permet de faire quelques chouettes découvertes ou de lire des vraies perles, et Côté face fut de ceux-là. Et Super-Tentatrice a eu la gentilesse de faire voyager, à divers lecteurs, son exemplaire de Côté face, j'ai été la seconde chanceuse à le recevoir et j'ai donc mis à profit les quelques jours que j'avais de libre pour l'entamer.

L'hsitoire, pour résumer un peu [attention spoilers !] est celle d'une jeune fille au quotidien plutôt normal jusque là : des parents, un chien, un enquiquineur de frère, des copines, le lycée... seulement, son quotidien vient à subir quelques chamboulements après avoir rencontré un étrange garçon dans un tramway, et après qu'une chute dans les escaliers ait rendu la jeune fille amnésique. Si elle commençe, au boût de quelque temps, à se remémorer de quelques souvenirs, elle se rend compte qu'elle n'a pas vraiment vécu ces souvenirs... enfin si, mais pas dans sa vie actuelle...

Je n'en dis pas plus, il se passe bien des choses et ce serait un crime que de spoiler. Alors alors, comment commençer cette 'critique', par où commençer ? Ce livre... est unique dans son genre, dans le sens où je n'ai jamais lu de livre similaire à celui-ci au niveau de l'histoire, du sujet et de l'écriture. Il y a une atmosphère bien particulière à ce roman, c'est pesant, mystérieux, sombre, parfois à la limite du malsain (d'où le petit aperçu dans la quatrième de couverture : 'Te séduire, t'emmener, te torturer, te violer et t'assassiner.' une phrase qu'on retrouvera souvent dans le roman. Elle pourrait résumer l'histoire. Il y a une ambiance presque déprimante dans ce roman pour certains passages ou chapitres, du moins je fus bien déprimée à certains passages que je lisais, heureusement ce ne fut pas le cas de tout le roman, juste de quelques extraits car le roman en lui-même est très bien, j'ai suffisament aimé pour continuer à lire jusqu'à la fin en peu de temps (trois jours environ), même s'il est clair que ce roman a une ambiance bien particulière avec une écriture qui n'appartient qu'à l'auteur, l'auteur a un style bien à elle qui est aussi particulier que l'histoire et l'atmosphère de son histoire, mais pas de façon négative : c'est envoûtant, ça nous fait ressentir plein d'émotion, on peut presque ressentir le roman, son atmosphère pesante, sombre, mystérieuse... oui, je me répète mais je ne trouve pas d'autres mots pour résumer cela.

J'ai aimé trouver des références littéraires, notamment pour le Faust de Goethe (j'avais lu cette pièce l'an dernier et ce fut un coup de coeur pour l'oeuvre et cet auteur), ainsi que quelques conversations de certains personnages en allemand même si ce fut déconcertant pour moi qui n'ai jamais appris cette langue, autant dire que je ne m'y connais pas tellement, mais je pense pouvoir dire que l'auteur a une bonne maîtrise dans cette langue (est-ce que ce fut une langue apprise à l'école ou a-t-elle eu de l'aide par un 'spécialiste' de la langue ?), enfin heureusement pour moi qui n'ait appris que l'anglais en seconde langue, que les traductions étaient là. Sinon, sinon... j'aime beaucoup l'idée de vie antérieure, ce fut bien mené dans le roman, à un point où les deux vies du personnage principal : celle qu'elle mène dans le monde d'aujourd'hui, et celle de ses souvenirs de sa vie antérieure, se mélangent presque et que j'ai eu du mal, pour certains passages, à savoir qui narrait : l'héroïne ou celle qu'elle fut autrefois ? aussi j'ai du relire une seconde fois afin de mieux comprendre car parfois j'ai eu du mal à saisir le caractère du personnage principal sans nom (elle en a un mais il n'est pas révélé, seulement celui de sa vie antérieure : Hyla, était-ce voulu ? oui sans doute...), certes il est compréhensible que depuis son amnésie, elle change mentalement, surtout après avoir rencontré Nebel, le garçon du tramway, bien que je dois avouer que certaines des actions de l'héroïne (ou plutôt anti-héroïne, ce terme lui convient mieux) m'ont paru très... déconcertantes, voire même inconscientes [ elle ne connaît rien de Nébel mais elle est prête à le retrouver quelque part alors qu'il pourrait être un psychopathe, le fait de tout cacher à ses parents, de ses problèmes, ou encore la scène où elle monte dans la voiture d'inconnus ivres ], j'ai eu du mal à la comprendre là... ce n'est pas négatif, hein, juste une remarque.

On ne connaît pas le nom de la plupart des personnages donc, la plupart ont des sortes de pseudonymes (Quasimodo, N°1 et N°2, son Altesse Royale, Monchérimonamour, la démone, le monstre aka le chien du frère) ou sont nommés par leur titre (Ma meilleure amie, mon père, ma mère, le frère), les seuls nommés sont les trois personnages principaux de la vie antérieure : Hyla, Nébel et Côme. Et encore, ces noms ne sont pas donnés immédiatement : une manière de garder une part de mystère le plus longtemps possible ? Nébel est... intéressant, on a du mal à voir où il veut en venir ni s'il est ennemi ou qu'il veut du bien à l'héroïne, mais je dois dire que je préfère Côme, il a une personnalité intéressante, intriguante bien qu'il peut être ironique, sarcastique, mauvais dans un sens, possessif, il y a cette relation ambigüe et malsaine entre lui et Hyla, une relation qui change, évolue parfois à la limite du malsain ; Hyla est comme une poupée, un jouet, une possession. Puis il y a cette histoire d'amour avec Nébel... Hyla comme l'héroïne, elles pensent à lui, ont besoin de lui, cette relation mystérieuse devient une histoire d'amour avec une pointe de fantastique [ une pierre d'immortalité dont ont été victimes Hyla, puis plus tard Nébel, une sorte de pierre philosophale, une Chrysopée ], faisant voyager le lecteur entre la France d'aujourd'hui et l'Allemagne du début du XXe siècle, mais en remontant un peu le temps selon les chapitres (XVIIIe et XIXe siècle), il y a de bonnes recherches sur ces siècles, les vêtements, quelques références littéraires et historiques aussi, on sent bien la recherche, ça a du demander pas mal de travail et je félicite l'auteur, la pauvre qui a du avoir bien du travail pour nous pondre ce bijou. Se faire publier est un rêve souvent difficile à atteindre mais je suis heureuse que l'auteur ait réussi.

J'ai aussi aimé cette pointe de poésie dans le roman, en plus de l'humour, un humour grinçant ou moqueur, du suspence... ah oui, aussi je ne me le répèterai jamais assez mais je craque pour la couverture tellement magnifique, c'est ça qui m'a d'abord attiré chez ce roman. L'écriture est bien maîtrisée, l'atmosphère du roman est marquante, c'est le moins qu'on puisse dire. Sans parler de l'héroïne qui se détâche de tous les personnages féminins que j'ai pû retrouver dans de nombreux livres, elle est unique, jamais encore je n'ai rencontré un personnage comme elle, ni un schéma narratif rythmé si bien maîtrisé entre les flash-back et le retour à la vie 'normale'... bref, bref, un roman qui sort de l'ordinaire, c'est déroutant, original, unique, ahurissant, poignant... bref, on ne peut pas ne pas en ressortir indemne, c'est un roman qui marque son lecteur. Un style agréable à lire, une écriture maîtrisée, une histoire originale, des personnages mystérieux, une atmosphère marquante, pesante et sombre... enfin voilà, quoi. Je pense que ça résume un peu le livre, vous l'aurez deviné : j'ai beaucoup aimé, ce livre m'a marqué, j'aurais du mal à l'oublier, j'en suis ressortie toute chamboulée...

Note :  J'autorise l'auteur (si elle lit l'article) à me lyncher si jamais elle ne trouve pas ce billet correct !

Extrait : 

Je mordis dans ma tartine et ouvris le livre. Je parcourus rapidement les premières pages. L'héroïne était la nièce de la petite-fille de la belle-soeur du beau-frère de la cousine par alliance de la filleule de la reine Victoria, blonde, cultivée, parlant au moins dix langues étrangères et elle était incroyablement cruche. Elle avait un nom effroyablement compliqué qui rimait avec sparadrap.

17 - Journal.

Par Reveanne le Dimanche 5 juin 2011 à 11:02
Youpi! Une nouvelle chronique! \o/
Pourquoi devrais-je te lyncher? Même si ta chronique était lapidaire et que tu avais détesté de bout en bout je ne me le permettrai pas (chacun est libre d'aimer ou pas)
Sinon comme il y a des question dans la chronique, je vais me permettre d'y répondre :
- l'allemand : j'en ai fait en seconde langue, je suis une quiche, alors vive google traduction. Une gentille personne germanophone à tout vérifié ensuite (Merci Nae)
- Les noms : seule une certaine catégorie de personnage qui a un nom (réfléchis au point commun entre Hyla, Nebel et Côme...) donc oui, c'est voulu. Pourquoi viennent-ils si tard? car il faut bien laisser le temps à l'héroïne de se souvenir.


Juste deux questions:
1- Puis-je copier/coller ta chronique sur le site de Côté face?
2- (je vais être pénible et envahissante) aurais-tu l'immense gentillesse de mettre un lien vers le site de côté face? (http://coteface.e-monsite.com/)parce que c'est autoédité et pas disponible en librairie... Mais tu es parfaitement libre de ne pas le faire.

Merci d'avoir tenté l'aventure Côté face, je suis ravie qu'il t'ait plu. :)
Par petitelunesbooks le Dimanche 5 juin 2011 à 11:40
Je suis heureuse que ma critique te plaise. Pour la question du lynchage, disons que quand j'écris la critique d'un livre dont l'auteur est susceptible de passer la lire sur mon blog (ce qui est peu, mais je redoute déjà la critique que j'écrirais sur le premier roman publié d'un de mes anciens professeurs du collège), j'ai peur de gaffer et d'écrire des choses que l'auteur ne pourrait pas aimer.

Merci d'avoir répondu à mes questions, mais je croyais que Google traduction n'était pas très fiable (disons que j'ai testé avec des phrases en anglais puis en espagnol), mais si tu avais aussi quelqu'un pour vérifier par derrière...

Sinon, pour tes propres questions :
- Tu peux copier/coller ma chronique si tu le veux, j'en serais ravie :)
- Merci de me rappeler mon oubli : je devais mettre le lien du site de Côté Face mais évidemment, j'ai oublié, c'est tout moi ça ! Je m'en vais rectifier ça :)

Merci d'être passée, et je suis ravie d'avoir été l'une des chanceuses à avoir tenté l'aventure Côté face que j'ai été enchantée de faire.
Par Nienor le Dimanche 5 juin 2011 à 12:15
Contente de voir que tu as autant aimé !
Je suis tout à fait d'accord avec l'atmosphère que tu décris, et c'est vrai qu'on ressent parfois une sorte de malaise en lisant. Par ce côté, ça m'a beaucoup fait penser aux Hauts de Hurlevent.
Ravie de voir que tu as toi aussi un petit faible pour Côme. ^^
Par petitelunesbooks le Dimanche 5 juin 2011 à 13:37
N'ayant pas lu Les Hauts de Hurlevent, je ne peux pas comparer, mais je ne peux pas nier le fait que le plus marquant dans le roman était l'atmosphère, c'est l'un des aspects du roman que j'ai le plus retenu.
Quant à Côme, il est sans doute l'un des personnages les plus intéressants, intriguant de Côté Face :)
Par Raison-et-sentiments le Lundi 6 juin 2011 à 1:03
C'est surtout le plus tordu XD
Ok j'ai un faible pour lui, mais bon euh c'est juste parce que ma santé mentale laisse à désirer ...

Bref je suis ravie que tu ai aimé et je serais encore plus ravie si la lectrice suivante était aussi comblée !
Par petitelunesbooks le Lundi 6 juin 2011 à 22:25
Je crois oui, mais ne t'inquiète pas, ce doit être pareil de mon côté xD Mais les mauvais graçons torturés dans la littératures puvent être intéressants, et on peut en aimer quelques-uns parce que c'est de la fiction... non ?
Par Reveanne le Lundi 6 juin 2011 à 23:02
Ben alors que dire ma santé mentale à moi, je l'ai créé, Côme, je termine l'écriture du deuxième livre avec lui et j'en ai prévu deux autres (c'est le seul personnage qui se trouve d'un bout à l'autre de chaque livre de la série)
Sinon, en effet, ce n'est que de la fiction, on peut bien aimer un psychopathe de temps en temps. XD
Par petitelunesbooks le Mercredi 8 juin 2011 à 22:03
mais elle va très bien ta santé mentale, j'en suis sûre, mais si tous les personnages de fictions étaient sages et sains d'esprit, ils ne seraient pas intéressants du tout, et on peut s'attacher aux personnages sombres, torturés, voire même un peu cinglé s'il y a un certain charisme, une personnalité intéressante... on peut, c'est de la fiction ! et il faut être un bon auteur pour être capable de pondre des personnages si enigmatiques et fascinants, intriguants (nan je flatte pas ! je suis sincère, nuance !)

Tu donnes envie à force de parler du second tome !
Par 2:1:1 BCAA Powder – Citrus Flavo le Dimanche 11 décembre 2016 à 8:45
Intermountain Nutrition is providing the best quality Intermountain Supplements - Vitamins, Weight Loss, Liquids, and Powders Manufacturer If you are looking for Private Label Supplements, Contact us to get a quote
 

Ajouter un commentaire









Commentaire :








Votre adresse IP sera enregistrée pour des raisons de sécurité.
 

<< Page précédente | 1 | 2 | 3 | 4 | 5 | Page suivante >>

Créer un podcast