petitelunesbooks

« There is more treasure in books than in all the pirate’s loot on Treasure Island. »

Jeudi 12 août 2010 à 14:01

http://petitelunesbooks.cowblog.fr/images/Couverturesdelivres/LeTartuffe.jpgLe Tartuffe - Molière.

o0o

'L'habit ne fait pas le moine.'



Lecture en ligne ici.
Les Fourberies de Scapin.










Quatrième de couverture : 

En laissant Tartuffe entrer dans sa maison, Orgon ne pouvait pas imaginer qu'il allait mettre en péril sa fortune, son honneur, son bonheur et l'unité de sa famille. Et pourtant, c'est bien à quoi travaille "l'imposteur", mais toujours à l'insu du maître de maison : si Tartuffe courtise la femme d'Orgon, c'est sous prétexte de l'entretenir de religion ; s'il spolie ses enfants, c'est sous couvert de les remettre dans le droit chemin ; s'il s'approprie les cordons de la bourse, c'est pour mieux organiser la dévotion familiale. Comment, dans ces conditions, Orgon aurait-il pu s'apercevoir de son aveuglement et donner au faux dévot la correction qu'il mérite ?


Mon avis : 

Ca faisait un long moment que je n'avais pas présenté de pièces de théâtre sur ce blog, et comme je m'étais décidée qu'il fallait que je lise un peu plus de classique, j'en profite pour vous présenter une oeuvre étudiée en classe de seconde qui m'avait bien plue : le Tartuffe de Molière. Faux dévot et véritable comédien, Tartuffe prêche à tout va, s'agite, sermonne et manigance, en veut aux biens de la famille qui l'a recueillit et convoite la femme de son hôte, Orgon, qui lui, lui voue une admiration béate. Il lui fait si confiance, au point de, et pour le plus grand désespoir de la famille, lui léguer tous ses bien et la main de sa fille, Marianne. Amoureuse d'un autre, elle décide de ne pas se laisser faire et projette de comploter contre Tartuffe avec toute la famille, sauf Orgon et sa mère qui ont une confiance aveugle face à cet imposteur : il faut leur ouvrir les yeux et chasser Tartuffe de la demeure familiale avant qu'il ne ruine toute la famille.

C'est une pièce vite lue où Monsieur Molière nous donne quelques exemples de sa grandeur, et qui nous averti des faux-dévots, des hypocrites, des imposteurs, une leçon de morale en plus de son humour que l'on retrouve avec plaisir dans ses oeuvres, son charme fou et raffiné, son humour sur l'humanité, sur les hommes, sa lucidité... une leçon de morale encore d'actualité aujourd'hui, car les Tartuffes sont partout et ils sont résistants, ils ont traversé les siècles, ils sont toujours là, prêts à ruiner, à faire succomber d'autres personnes naïves, ou aveugles lorsque ces loups se présentent à nous sous la forme d'une brebie, comme quoi, il ne faut pas toujours se fier aux apparences qui sont souvent trompeuses, j'en sais quelque chose. Molière nous met en garde contre eux, mais nous présente cette histoire avec humour et fraîcheur. Il dévoile l'hypocrisie religieuse, visant les pratiques de son époque, mais cette hypocrisie peut toucher autre chose : religion, politique, autre...

Une pièce courte et agréable à lire, c'est toujours avec plaisir que l'on retrouve Molière et son humour, ses comédies, quelques personnages ridicules (Orgon est tellement naïf que ça devrait pas être permi), d'autres touchants (j'admire le franc parler de Dorine, la servante). Bref, une bonne pièce de théâtre.

Extrait :

DORINE :
Madame a eut avant-hier la fièvre jusqu'au soir.
Avec un mal de tête étrange à concevoir.

ORGON :
Et Tartuffe ?

DORINE :
Tartuffe ? Il se porte à merveille,
Gros et gras, le teint frais et la bouche vermeille.

ORGON :
Le pauvre homme !


Acte I, scène 4.

Par 100choses le Vendredi 13 août 2010 à 17:40
une excellente pièce que j'ai souvent vue représentée; j'en ai même travaillé des passages. Ah Molière *sigh*
Par petitelunesbooks le Vendredi 13 août 2010 à 18:06
Fan de Molière :) ? J'aimerais lire plus de pièces de lui, mais je ne sais pas lire laquelle. Je ne connais que Tartuffe et Les fourberies de Scapin, j'ai L'école des femmes dans ma bibli, on me conseille beaucoup Dom Juan...
Par 100choses le Vendredi 13 août 2010 à 18:13
Perso, j'ai pas du tout aimé Dom Juan. Le Misanthrope est un chef d'oeuvre absolu. Sinon, j'aime beaucoup le médecin malgré lui; le malade imaginaire; les femmes savantes; l'école des femmes; les précieuses ridicules; le bourgeois gentilhomme...bref, en gros tout ^^
Par autres rimes le Dimanche 15 août 2010 à 17:51
bonjour Marion
toc toc toc ,comme au théatre je tape les trois coups de baton avant l'entrée en scène et hop le rideau s'ouvre (---) .

un coucou en passant .
bises et A+ d' Emmanuel
Par petitelunesbooks le Jeudi 19 août 2010 à 0:00
Ca doit être sympa de voir une pièce de théâtre en vrai, en spectacle, j'espère le faire un jour...
Bises et a+ !!
Par lunasirius le Dimanche 29 août 2010 à 14:59
J'aime beaucoup Molière. Ton article me fait penser que j'avais commencé à lire Tartuffe à la BU mais pas eu le temps de le terminer. Il va falloir que je l'emprunte.
Par Aspare le Vendredi 1er juillet 2011 à 11:45
J'ai moi aussi un réel plaisir à lire des pièces de théâtre, même si cela reste un exercice difficile. J'ai assisté à une représentation qui m'a beaucoup fait rire ! Cette pièce est faite pour être jouée, je pense, comme le disait Molière (jeu d'Orgon, caché sous la table,...)

Bonne continuation ! ;)
Par petitelunesbooks le Samedi 2 juillet 2011 à 12:55
je plussoie, j'aime lire du théâtre de temps en temps, mais je pense que l'adaptation sur scène ne peut être que meilleure, et pas au cinéma mais vraiment au théâtre pour que la pièce ait tout son charme, qu'elle soit dans son élèment, le théâtre est plus fait pour être joué que pour être lu je pense, surtout pour certaines scènes comiques.
 

Ajouter un commentaire









Commentaire :








Votre adresse IP sera enregistrée pour des raisons de sécurité.
 

<< Page précédente | 1 | 2 | 3 | 4 | 5 | Page suivante >>

Créer un podcast